À Mennetou-sur-Cher, au Moyen-Âge, il était de coutume qu’en mai se tienne la « Fouer du 4 mai » où toute la région venait pour déguster une spécialité fabriquée par tous les charcutiers : l’andouillette pur porc tirée à la ficelle.

En 1973, à l’initiative du maire, la foire renait dans les rues de Mennetou-sur-Cher tous les premiers week-ends du mois de mai. Dans ce village et ceux environnants, quelques charcutiers continuent de fabriquer des andouillettes à la ficelle dans la plus pure tradition artisanale, l’un d’entre eux, Pascal Bidron de Mennetou-sur-Cher a obtenu les fameux 5 A, gage d’authenticité et de qualité.
Mais qu’est-ce-que l’andouillette à la ficelle ? Il s’agit d’une méthode ancienne, consistant à lier ensemble par leur extrémité, les viandes taillées en lanières pour les tirer à travers le boyau à l’aide d’une ficelle.
Lors de ce week-end gastronomique et festif, sur le bord du Cher, les amateurs d’andouillettes peuvent la déguster grillée au barbecue ou cuite, par exemple, avec de petits oignons ou des échalotes et du vin blanc. Ce weekend-là, ce ne sont pas moins de 6 000 andouillettes qui sont vendues chaque jour. Grands et petits profitent des différentes animations de rues et peuvent assister à la remise du prix de la meilleure recette d’une andouillette à la ficelle.

Les 7 et 8 mai prochains se tiendra la 44ème Foire aux andouillettes et aux petits élevages dans cette commune médiévale.

 

Cet article vous a plu ? Retrouvez-le au numéro sur Tom Press

Acheter sur Tom Press

Partagez !
The following two tabs change content below.

A propos de l'auteur : Pierre Delarose

Derniers articles par Pierre Delarose (voir tous)