Facile, économique et des vitamines à gogo !
La déshydratation a vraiment de quoi séduire. Pas de bocaux à stériliser, aucune préparation particulière, n’hésitez pas : déshydratez !

 

Rien de plus simple, vous coupez vos aliments en tranches et vous les placez sur les plateaux de votre déshydrateur. Le reste se fait tout seul. Il vous suffit d’attendre que leproduit sèche et soit à votre convenance. Mais l’extrême simplicité du processus n’est pas le seul avantage.

Si vous séchez à basse température, l’aliment n’est pas cuit. Il reste « vivant ». C’est pourquoi, de tous les procédés de conservation la déshydratation est celui qui conserve le mieux les vitamines.

En éliminant une grande partie de l’eau, vous concentrez les saveurs. Les pommes séchées par exemple, s’utilisent en charcuterie ou dans les salades. Leur goût puissant fait merveille dans les gâteaux, les flans et les sorbets. Déshydratés, les poivrons deviennent une épice et avec leurs graines vous fabriquez le paprika. Les tomates à l’italienne que l’on conserve dans l’huile sont préalablement séchées… Inutile de multiplier les exemples : que ce soit pour conserver ou pour créer des produis gastronomiques, l’intérêt de la déshydratation n’échappe plus à personne. Regardez les merveilleux « cuirs » de légumes ou de fruits. Ces purées déshydratées se consomment généralement telles quelles en friandise ou entrent dans la composition de barres énergétiques. Mais imaginez l’étendue des possibilités : rouleaux, sushis, samoussas, ballotins, pétales salés ou sucrés…

À vos déshydrateurs, tout est encore à inventer !

 

Cet article vous a plu ? Retrouvez-le au numéro sur Tom Press

Acheter sur Tom Press

Partagez !
The following two tabs change content below.

A propos de l'auteur : Philippe Bracquemond

Philippe Bracquemond, équipe Tom Press

Derniers articles par Philippe Bracquemond (voir tous)