La légende raconte qu’au moyen-âge un marchand ambulant faisant étape à Lautrec ne pût régler son repas par manque d’argent. Il rétribua son hôte avec des gousses d’ail rose. L’hôtelier les planta…
Tel serait le début de la culture de l’ail rose à Lautrec.

Longtemps ce fût une production uniquement destinée à une consommation locale. Ce n’est qu’au milieu du XXème siècle que sa culture et sa notoriété se développèrent. Aujourd’hui, pas moins de 359 hectares de terres argilo-calcaires sont cultivées par 156 producteurs d’aulx.
L’ail rose de Lautrec a obtenu le Label Rouge en 1966. C’est encore à ce jour l’unique détenteur de ce Label parmi les quelques 700 variétés d’ail cultivées en France. Une nouvelle reconnaissance vient en 1996, il obtient le très convoité signe d’identification européen IGP (Indication Géographique Protégée).
Sa finesse, son goût subtil et sucré, sa texture en font un ail des plus appréciés des gourmets comme des Grands Chefs.

Les étapes clés de sa culture… un véritable savoir-faire.
De décembre à janvier on le plante.
De février à juin c’est la période demandant des attentions toutes particulières afin d’obtenir le développement optimal du bulbe (sarclage, arrosage).
En juin, la hampe florale émergeant de la tige doit être coupée.
Puis, fin juin-début juillet, l’ail est arraché et suspendu à l’air libre pour une durée d’au minimum quinze jours, avant que chaque tête soit ensuite débarrassée de ses racines, équeutée, triée.

Les têtes qui seront tressées pour composer les fameuses manouilles sont dépouillées de leurs peaux hormis la toute dernière qui maintient les grains* sur la hampe tout en laissant apparaître, par transparence, leur belle couleur rosée.
A son origine, la fête de l’ail rose de Lautrec se déroulait le premier vendredi du mois d’août et annonçait le début de sa commercialisation. Depuis peu, le samedi est aussi jour de fête.
Ces deux jours de festivités sont l’occasion idéale pour découvrir ce charmant village médiéval, classé parmi «les plus beaux villages de France» et berceau de la famille du peintre Toulouse-Lautrec.

Vous pourrez y déguster la fameuse soupe à l’ail distribuée «à qui en veut».
Deux très belles journées pour se régaler !

 

Cet article vous a plu ? Retrouvez-le au numéro sur Tom Press

Acheter sur Tom Press

Partagez !
The following two tabs change content below.

A propos de l'auteur : Colette et Jean-Pierre B.

Derniers articles par Colette et Jean-Pierre B. (voir tous)